Journée sans voiture : tout Paris concerné le 1er octobre

EXCLUSIF. Le 1er octobre aucun véhicule ne sera autorisé à rouler dans Paris dès 11 heures. Une grande première.

Automobilistes, routiers, motards, conducteurs de véhicules à moteurs de tous types… notez le dès maintenant : le dimanche 1er octobre prochain, vous ne roulerez pas dans la capitale ! La mairie de Paris, qui organise la 3e édition de la « journée sans voiture », a prévu cette année un dispositif de restriction de circulation au format XXL
En 2015, seul l’hyper-centre de la capitale avait été reservé aux piétons et aux cyclistes. L’an dernier, le périmètre avait été un peu élargi pour y intégrer des portions de tous les arrondissements (voir l’infographie). Mais cette fois, c’est l’ensemble de la voirie de la capitale qui sera interdite aux véhicules à moteur de 11 heures à 18 heures.
Seuls le périphérique et les bois de Boulogne et de Vincennes (où les voies secondaires sont fermées tous les dimanches dans le cadre de l’opération « Paris respire ») échapperont à ces restrictions. « Nous avons fait le choix de la simplicité », explique Christophe Najdovski, adjoint (EELV) de la maire de Paris chargé des transports pour justifier de l’élargissement du périmètre. « Le précédent dispositif, trop compliqué, était peu lisible », précise l’élu.

De nombreuses dérogations

 

Comme l’an passé, de nombreuses dérogations seront accordées : pour les véhicules de secours bien sûr, mais aussi pour les véhicules de transport en commun (bus de tourisme non compris), les artisans qui peuvent justifier d’une activité ce dimanche ou encore les taxis. Les conducteurs autorisés à rouler dans la zone « sans voiture » seront cependant priés de ne pas dépasser 30 km/h (et non 20 km/h comme l’an dernier).
Des contrôles seront menés aux portes de Paris comme à l’intérieur du périmètre par du personnel mixte (préfecture de police et mairie de Paris). Pour simplifier les procédures, l’interdiction de circuler s’appliquera aussi aux véhicules électriques -le cas des Autolib’ restant encore en débat. En revanche, les VTC, interdits de circulation lors de la précédente Journée sans voiture, seront cette fois-ci autorisés à circuler. Ce qui n’empêche pas d’autres acteurs du secteur du tourisme de redouter cette journée sans voiture XXL.
« L’interdiction de circuler s’appliquera seulement à partir de 11 heures. On pourra venir en voiture dans Paris avant, ou se garer aux portes de Paris et poursuivre en transports en commun après » tempère Christophe Najdovski en insistant sur l’aspect pédagogique de l’opération. « L’idée, c’est de montrer qu’on peut vivre la ville autrement, sans voiture. Ce n’est pas un frein au tourisme. Au contraire. On voit bien que la piétonnisation des voies sur berge a renforcé l’attractivité de Paris. »

 

Le bilan contrasté de la précédente éditionLe dimanche 25 septembre 2016, date de la 2e édition de l’opération, le périmètre de la zone sans voiture ne concernait « que » 45 % de la capitale. L’interdiction, même partielle, avait pourtant produit des effets très nets. Les techniciens ont ainsi mesuré une franche diminution (- 37 %) des distances parcourus par rapport à un dimanche « classique » et une hausse de fréquentation dans les transports en commun (+ 6 % dans le métro et le RER A, + 2 % dans le RER B).

Airparif a lui aussi relevé des impacts immédiats sur la pollution ; mais pas forcément dans le sens d’une amélioration. L’organisme de la qualité de l’air avait comparé les taux de dioxyde d’azote (l’un des principaux indicateurs de la pollution automobile) mesurés le 25 septembre à ceux du dimanche 11 septembre qui présentait des conditions météo similaires. Résultats : des baisses de 19 % à 27 % de la pollution à l’intérieur du périmètre sans voiture… mais des hausses (jusqu’à 46 %) du taux de particules à la marge de la zone interdite. « La pollution globale avait baissé de 25 % ce dimanche », rappelle la mairie.