Un incendie ravage un parc naturel en Espagne

EN IMAGES – «Les flammes ne sont pas contrôlées, elles s’étendent et se propagent» disent ce lundi matin les pompiers. Au moins 2000 personnes ont été évacuées.

Les pompiers redoublaient d’efforts lundi pour maîtriser un incendie qui ravage un parc naturel dans le sud-ouest de l’Espagne depuis samedi. Pour l’heure, il n’y a aucun blessé mais au moins 1800 personnes ont été évacuées ces dernières 48 heures.

«Les flammes ne sont pas contrôlées, elles s’étendent et se propagent», a indiqué à l’AFP un porte-parole des pompiers.

Les effectifs des pompiers devaient être renforcés lundi matin mais «la première offensive, ce sont les moyens aériens qui vont la mener», a-t-il ajouté. Au moins 500 pompiers étaient mobilisés dimanche.

Selon le journal El Pais, un centre d’élevage de lynx dans le parc naturel a dû être évacué avec les animaux qui s’y trouvaient.

Le feu touche le parc naturel de Doñana en Andalousie, mais n’a pas encore atteint le parc national du même nom, Patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco depuis 1994.

«Les flammes ne sont pas arrivées jusqu’au parc national (…), un effort particulier a été fait durant la nuit sur le front qui le menaçait», a fait valoir le responsable régional de l’Environnement, Jose Fiscal Lopez, interrogé par la télévision 24 horas.

L’élu a affirmé que l’incendie était d’origine humaine, en disant: «nous avons l’assurance que la main de l’homme est derrière. Maintenant, reste à savoir si ça a été avec une intention (criminelle) ou par négligence».

Les pompiers n’ont livré aucune évaluation du nombre d’hectares affectés. «Il est encore trop tôt pour évaluer les dégâts», a également déclaré l’élu régional.

L’Espagne est en proie à une sécheresse précoce et plusieurs zones du pays étaient classées dimanche en situation de risque d’incendie maximum, dont une grande partie de la province de Huelva où s’est déclaré le feu. L’ONG Ecologistes en Action a rappelé que les incendies se multiplieraient avec le changement climatique, et demandé qu’une enquête soit menée pour «qu’aucun incendie de forêt ou délit environnemental ne reste impuni».